Le régime Koh Lanta est-il dangereux ?

Agence nationale de sécurité sanitaire Alimentation Environnement Travail

Cette semaine, les conclusions du rapport de l’ANSES sur les risques sanitaires liés aux pratiques alimentaires d’amaigrissement ont été très largement reprises par la presse et les médias. La très sérieuse Agence nationale de sécurité sanitaire Alimentation Environnement Travail a rendu son verdict:

Les régimes amaigrissants présentent de sérieux risques pour la santé

Les régimes amaigrissants, pratiqués sans recommandation ni suivi d’un spécialiste, présentent des risques pour la santé plus ou moins graves. L’expertise met en évidence des effets néfastes sur le fonctionnement du corps, et notamment pour les os, le cœur et les reins, ainsi que des perturbations psychologiques, notamment des troubles du comportement alimentaire (…)

Et de poursuivre sur l’inefficacité à terme:

La pratique des régimes peut provoquer des modifications profondes du métabolisme énergétique du corps. Ces dernières modifications sont souvent à l’origine du cercle vicieux d’une reprise de poids, éventuellement plus sévère, à plus ou moins long terme. Une des conséquences majeure et récurrente des privations et exclusions pratiquées, quelque soit le régime, est ainsi, paradoxalement, la reprise de poids, voire le sur-poids: plus on fait de régimes, plus on favorise la reprise pondérale (…).

Régimes amaigrissants

Et la diète des aventuriers de Koh Lanta ?

Chaque année, les téléspectateurs assistent à l’amaigrissement spectaculaire des aventuriers de Koh Lanta. La rituelle « séance du miroir » qui précède la finale doit faire rêver tous ceux qui luttent contre les kilos excédentaires. Et ils sont nombreux en France où le sur-poids touche 32 % des personnes de plus de 18 ans, ce qui constitue d’ailleurs un véritable problème de santé publique. Mais le fameux rapport de 160 pages de l’ANSES pointe du doigt les risques importants liés à une diète sévère comme celle pratiquée volontairement par les aventuriers:

L’amaigrissement ne se fait pas uniquement aux dépens des réserves de masse adipeuse mais conduit rapidement à l’affaiblissement du sujet par perte de masse musculaire, quel que soit le niveau d’apport protéique. Les régimes amaigrissants sont délétères pour l’intégrité du capital osseux (masse osseuse, ostéopénie et risque fracturaire) : une diminution en moyenne de un à deux pourcents de la densité minérale osseuse est observée pour une perte de poids de 10 %. Les apports énergétiques permettant le maintien du poids après un régime amaigrissant sont inférieurs à ceux qui permettaient le maintien d’un poids stable avant régime amaigrissant, ce qui favorise la reprise de poids, préférentiellement sous forme de masse grasse. La reprise de poids concerne 80 % des sujets après un an et augmente avec le temps.

Pire encore:

Les régimes très hypocaloriques peuvent induire de façon aigüe une mort subite, en lien avec des troubles du rythme cardiaque. La fluctuation du poids pourrait être un facteur de risque cardiovasculaire et de syndrome métabolique. Les régimes très hypocaloriques provoquent des inflammations et fibroses modérées aux niveaux hépatique et portal ainsi que des calculs biliaires. Les régimes hyperprotéiques non hypocaloriques proposent des apports protéiques dépassant le seuil des apports satisfaisants (2,2 g/kg/j), d’où l’importance d’un bilan rénal chez les sujets à risque d’insuffisance rénale, avant tout régime amaigrissant.

Alors ? Toujours tentés par l’aventure ?…

Alors que faire pour maigrir ?

L’Anses ne se contente pas de nous alerter sur les risques liés à un régime amaigrissant. Elle prodigue des conseils de bon sens:

La prise en charge d’une demande d’amaigrissement nécessite un accompagnement médical spécialisé. Rien ne peut remplacer, en terme de santé, une alimentation équilibrée, diversifiée, en veillant à ce que les apports énergétiques journaliers ne dépassent pas les besoins. Pour réduire les risques de prise de poids, l’évolution des habitudes alimentaires doit être associée à une activité physique régulière.

En résumé: évitez le régime Koh Lanta. Il est dangereux et inefficace à long terme !

La diète sévère façon Koh Lanta

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s